Séminaires CITÉ

 

Mercredi 25 mars 2015

Sean Gouglass – Professeur agrégé à la Faculté des Arts de l’University of Alberta

Encouraging Student Engagement in Large and very, very Large Games Classes

This presentation addresses three successes and one lovely failure in increasing student engagement in large and very large games courses. Understanding Video Games (UVG) is offered by the University of Alberta with cooperation from BioWare Inc. Students may take the course in one of three ways, all taught concurrently: an in-class version with 36 students, an online version with 400 students, and a free Massive Online Open Course (MOOC) version through Coursera where students participated with 25 000 of their closest friends.

L’annonce de la conférence au format PDF : Conférence Sean Gouglas


 

Mercredi 12 novembre 2014

Anna Krasteva – Professeure agrégée au département de sciences politiques, New Bulgarian University

Devenir citoyen(ne) : Internet, indignation, imagination sociale

Internet, colère, imagination sociale – la conférence va chercher la formule du mix duquel cristallise la figure du citoyen numérique postcommuniste. De l’individu communiste qui devait être mobilisé sans être citoyen, vers le citoyen postcommuniste qui s’est adonné avec la même passion à l’engagement et à la liberté de ne pas s’engager, jusqu’au citoyen numérique qui expérimente nouvelles formes de mobilisation – la conférence va suivre les méandres de la citoyenneté déformée à la citoyenneté assumée.

L’annonce de la conférence au format PDF : AnnaKrasteva


 

Mercredi 8 octobre 2014

Itzhak Goldberg – Professeur en histoire de l’art à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne (France)

Installation(s) en marche

Installation(s) en marche est un titre proche de l’oxymore. La définition donnée par le dictionnaire du verbe installer – « aménager un espace, le plus souvent celui d’habitat, en général pour une période longue »- s’accorde mal avec l’idée de mobilité, du mouvement. Et pourtant, la temporalité est une composante constitutive de cette forme artistique « inventée » par le XXe siècle. Rares, en effet, sont les installations qui s’enracinent dans un musée, une galerie ou un lieu équivalent. Leur taille, leur façon encombrante d’envahir l’espace font qu’elles se plient aux lois du marché et ne restent exposées qu’un temps limité et déterminé d’avance.

Toutefois, les installations que j’ai choisi de traiter sont celles qui se mettent réellement en marche ou évoquent, d’une façon ou autre, la situation de différents « êtres nomades », des SDF aux déportés, tous ceux qui se voient dans l’obligation de quitter leur lieu et entrer dans une spirale interminable, souvent tragique.

Les travaux examinés illustrent des situations où la migration n’est pas un choix mais est imposée par des événements d’ordre économique ou politique. Leur cadre est souvent une zone géographique très vaste, celui d’un pays ou même d’un continent. Les artistes (Shimon Attie, Boltanski, Jean-Michel Frouin, Andreas Slominski…) montrent une sensibilité particulière vis-à-vis de tous ceux que l’Histoire a mis sur les routes. Qui plus est, ce sont parfois les matériaux mêmes et les techniques employées avec les installations qui évoquent immédiatement les conditions fragiles, tragiques, de différents réfugiés du XXe siècle.

Avec ces œuvres, les « sujets » se déplacent sur un échiquier géant et deviennent synonymes d’errance perpétuelle. L’invention d’une forme artistique qui se tient prête à plier bagage et se poser un peu partout s’explique peut-être par la violence d’un siècle marqué par les exodes de masse.

L’annonce de la conférence au format PDF : Poster_Itzhak_Goldberg


 

Vendredi 9 mai 2014

Luca Paltrinieri – Chargé de recherche à la CCI-Paris-IdF, directeur de programme au Collège International de Philosophie, chargé de cours à l’Université de Paris 8.

L’éducation à l’époque Google

Selon nombre d’observateurs, la révolution numérique est destinée à impacter profondément le monde de l’éducation : transformation des savoirs transmis, individualisation des apprentissages, changement de la relation enseignant-élève. Sur ce dernier point, des similitudes sont visibles dans le monde de l’entreprise, où le manager, au lieu de diriger, accompagne les apprentissages et aménage l’environnement de travail où les individus évoluent singulièrement. Autrement dit, enseignants et managers gouvernent de plus en plus « par le milieu » en transférant les responsabilités du travail comme de l’apprentissage vers la base. Mais ces transformations sont-elles réellement imputables au numérique?

 

L’annonce de la conférence au format PDF : Luca-Paltrinieri

 


 

Mercredi 16 avril 2014

Simon Harel – Professeur titulaire et directeur de littérature comparée de l’Université de Montréal

Le récit du soi mobile

Nous entrons donc, plus que jamais, dans une époque dominée par le récit de soi et par le récit de mobilité. Le récit du soi mobile, dans son nouveau contexte médiatique, est une création locale, diffusée mondialement en temps réel, une production réseautée, géoréférencée, souvent éphémère, qui dépasse le champ formel de la littérature pour devenir le pivot des échanges sociaux et économiques de notre ère communicationnelle globale. Cette forme d’expression n’est plus l’apanage des élites : elle s’intègre progressivement au mode de vie de la majorité, même si de nouvelles fractures numériques se créent au passage. À chaque jour qui passe, le récit de soi, mobile et réseauté, médiatise davantage nos rapports aux êtres, aux choses et aux idées, à l’espace et au temps. La prédominance du récit de soi via le Web mobile impose de développer des théories et des méthodologies capables de l’étudier. Le récit de soi se positionne plus que jamais au cœur de nombreux enjeux individuels et collectifs ; il nous faut par conséquent apprendre à mieux comprendre et à définir cette forme d’expression qui pourrait devenir une nouvelle clé de lecture de notre époque.

 

L’annonce de la conférence au format PDF Simon-Harel


Mercredi 26 mars 2014

Daniel J. Caron – Professoeur associé à l’École nationale d’administration publique

Numérique, socialisation et culture : passages incontrôlables?

Conf

L’annonce de la conférence au format PDF : DanielJCaron

 


 

Lundi 13 mai 2013

Cristina Conati – Professeure au Computer Science Department de l’University of British Colombia.

Learner Modeling for Open-Ended, Exploratory Activities.

The field of Intelligent Tutoring system has successfully delivered techniques and systems to provide adaptive coaching and feedback for problem solving in variety of domains. There are, however, other educational activities that can help learners acquire the target skills and abilities at different stages of learning including, among others, exploring interactive simulations and playing educational games. Like for problem solving, learners can benefit from having individualized pedagogical support during these activities. However, providing this support rises unique challenges, because it requires modeling and responding to student behaviors and skills often not as structured and well-defined as those involved in traditional problem solving. This talk illustrate how we tackle these challenges with learner models based on formal methods for probabilistic reasoning and data mining

 


 

Mercredi 29 mai 2013

Claude Mussou – Institut National de l’Audiovisuel.

Remonter le temps du web pour la recherche.

Le web est aujourd’hui au centre de la société de l’information, En même temps qu’il permet la diffusion et l’accès aux connaissances et au savoir, il a aussi entraîné le développement d’usages sociaux qui modifient les contours et périmètre du débat démocratique. La collecte et la conservation de ces contenus, dont la permanence sur le web n’est pas assurée, sont très vite apparues comme constituant un enjeu essentiel pour les institutions patrimoniales. En vertu d’une loi votée en 2006, l’Ina et la BnF en France se partagent la mission de collecte des contenus du web. Les collections se constituent et leur accès à des fins de recherche est encore rare. Pour accompagner et développer ces usages l’Ina a mis en place des ateliers dits de recherche méthodologiques qui, au rythme d’un par mois, fédèrent une communauté de chercheurs et praticiens de l’archivage autour de questions essentielles. En parallèle des usages et pratiques de recherche ou de besoin formulés se développent les outils d’exploitation de l’archive.

 


 

Vendredi 15 mars 2013

Enrico Terrone – Doctorant sous la direction de Maurizio Ferraris à l’Université de Turin (Italie).

Tourner les nombres. Le cinéma et ses images à l’ère du numérique

Le passage désormais presque achevé de l’image analogique à l’image numérique réactualise la question ontologique rendue célèbre par André Bazin : qu’est-ce que le cinéma ? La technique utilisée pour le cinéma est maintenant la même que celle utilisée pour la télévision et la vidéo : y a-t-il alors encore des raisons pour garder une distinction entre le cinéma et les autres médias isomorphes? Ou bien, afin de mieux adapter nos systèmes conceptuels à notre réalité historique, ne serait-t-il pas plus raisonnable d’introduire une seule catégorie, plus générale, de « moving image », comme cela a été proposé par Noël Carroll ?

 


 

Vendredi 22 février 2013

Marcello Vitali Rosati – Professeur adjoint au Département des littératures de langue française.

Considérations pour une éthique du numérique

Lors que l’on s’interroge sur l’éthique du numérique deux approches sont possibles. La première consiste à la considérer comme une éthique appliquée, une branche de l’éthique générale. Les principes éthiques généraux nous donneraient la capacité de discerner le bien et le mal et l’éthique appliquée au numérique nous permettrait d’expliciter, à partir de ces principes, des normes de comportements dans ce domaine particulier.

Mais cette approche ne prend pas en compte le fait que les principes éthiques puissent découler des conditions concrètes de leurs applications. Nous pouvons donc considérer une seconde approche qui consisterait à partir de l’analyse du domaine du numérique pour fonder sur ses caractéristiques la réflexion morale. L’éthique du numérique ne serait donc pas une éthique appliquée mais une éthique première.

 


 

Vendredi 14 décembre 2012

Elise Dubuc – Professeure agrégée de muséologie au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal et directrice du programme de Maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal.

Le rapatriement d’objets culturels significatifs et les technologies «submergentes». Réflexions sur le vrai et le vraisemblable, sur le réel et le virtuel.

Les demandes de rapatriement d’objets culturels significatifs constituent un épiphénomène des revendications identitaires, culturelles et politiques des peuples autochtones. Dans l’institution muséale, sur le plancher des expositions, dans les salles destinées à la conservation, se négocient des relations de pouvoir, d’autorité et de contrôle dans un mode symbolique. Les technologies des communications semblent présenter un moyen de concilier les positions. Pour les musées centraux, conserver leurs collections qui fondent leur légitimité. Pour les communautés, avoir accès à leur patrimoine. À l’occasion de cette conférence du Midi-Cité, nous présenterons en général notre projet de recherche et discuterons plus particulièrement d’un concept étonnant — le «rapatriement virtuel» — qui a émergé dans la dernière décennie.

Présentation : Video

 


 

Mardi 4 décembre 2012

Juan Carlos de Martin – Co-directeur du Centre NEXA Internet et Société, Politecnico, Turin.

University and Democracy in the Network Age

A combination of trends and powerful forces are forcing us to ask yet again: what is University for? What is a University professor? What is a University student? Each generation has to formulate its own answers to such questions. During the talk, I will expose my views on this topic, arguing that the most eminent factors that we have to consider to articulate a proposal are post-democracy, neo-liberalism and the Internet.

Présentation : Video

 


 

Lundi 26 novembre 2012

Gérard Wornser – Directeur de la revue Sens Public.

La circulation du savoir. Explorer les conditions d’une mondialisation solidaire.

Comment la pratique des réseaux détermine-t-elle aujourd’hui la circulation des savoirs ? Les aptitudes à collaborer de manière décentralisée se sont développées, de sorte qu’il est possible d’opposer assez simplement la sphère de la consommation où le marketing individualise « besoins » et « clients » avec la fiction de la « demande », et celle de la coopération, où s’expérimentent des manières d’être ensemble orientées par une temporalité de projets. Ici, le « monde de la vie » s’insinue dans une continuité de sens hypothétique, ainsi les tâches parcellaires associées aux technologies contemporaines (entretien de réseaux, mises en forme, gestion d’archives, veille en tout genre, apprentissages finalisés ou non) donnent à nos vies urbaines et connectées une dimension imaginaire et des horizons portés par nos technologies de la connaissance.

Présentation vidéo : Video

 


 

Vendredi 5 octobre 2012

Milad Doueihi – Historien des religions et titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques, Université Laval (Québec).

Le numérique, entre science et culture

Parmi les projets de la Chaire qu’il occupe figure une réflexion sur l’humanisme numérique et le statut du numérique dans l’éducation : comment penser les nouvelles compétences et littératies ? Le numérique est à la fois une science (l’informatique) et une force culturelle inédite. Cette double nature invite à un regard épistémologique et historique sur les conditions de la production, du partage et de la transmission du savoir. M. Doueihi est auteur notamment de La grande conversion numérique, suivi de Rêveries d’un promeneur numérique (Seuil, [2008], 2011) et Pour un humanisme numérique. Il prépare actuellement L’imaginaire de l’intelligence (à paraître au Seuil fin 2012).

 


 

Vendredi 23 septembre 2011

Fabrizio Gotti – Laboratoire de recherche appliquée en linguistique informatique, Université de Montréal

Traduction automatique des textos an francè vers le français

Le français des messages textos s’écarte du français standard de façon très importante – et souvent de façon « b1 creativ ». Plusieurs chercheurs se sont donc intéressés à « traduire » les textos en français, afin de permettre notamment leur synthèse vocale ou le repérage d’information (indexation, détection de rendez-vous, etc.).

Dans le cadre du projet Texto4Science, nous avons développé un prototype de traducteur automatique capable de normaliser en grande partie le français hasardeux des SMS canadiens-français. Ce traducteur a été entraîné pour imiter la tâche de normalisation effectuée par des annotateurs humains, à l’aide de techniques statistiques de pointe.

Nous ferons une démonstration de notre prototype et nous verrons ainsi les phénomènes linguistiques des SMS que le traducteur maîtrise bien, et ceux qui le désarçonnent encore.

Nous terminerons en montrant les défis qui nous attendent pour compléter notre travail et pour nous inscrire de façon décisive dans la recherche sur le domaine.

Présentation : Video

 


 

Jeudi 28 avril 2011

André Caron – Département de Communication, Université de Montréal

Étude ethnographique d’une technologie interactive et immersive au centre des sciences de Montréal

L’objectif général de notre démarche de recherche tient à une description et une analyse de l’appropriation  de l’installation « Panoscope 360 » faisant partie de l’exposition « Imagine ! » au Centre des sciences de Montréal.
Concevoir le sens d’une visite comme un processus de co-construction de sens distribué parmi trois acteurs (l’objet, le contexte, le visiteur), tient à certaines présuppositions et engendre certaines conséquences non secondaires par rapport à la démarche de recherche, ses objectifs et ses retombées pratiques.
En premier lieu, on assume que les objets, les installations, les artefacts n’ont pas une signification fixe, établie une fois pour toutes.
En deuxième lieu, on conçoit la visite comme une pratique sociale caractérisée par un haut degré d’indétermination quant au résultat (ex. : la visite est-elle une occasion d’apprentissage ? Si oui, de quelle sorte ? Comprend-on le sens de l’installation ?).

Présentation : Video

 


 

Vendredi 25 février 2011

Patrick Drouin – Département de Linguistique et traduction, Université de Montréal

Le projet Texto4Science

L’objectif du projet Texto4Science est de contribuer à l’étude de la communication par textos (SMS, messages texte,  etc.) et à l’étude du langage qu’elle véhicule. Pour y parvenir, des chercheurs de plusieurs pays s’associent afin d’entreprendre la constitution, pour un grand nombre de langues, de corpus de textos pour la recherche scientifique. Le projet Texto4Science s’inscrit dans le cadre d’un projet international nommé sms4science qui est coordonné par le CENTAL (Centre de Traitement Automatique du Langage de l’Université catholique de Louvain), en Belgique. Nous présenterons d’abord le projet international pour nous concentrer sur Texto4Science, projet en deux phases visant l’élaboration de deux bases de données pour le Canada. Nous décrirons l’infrastructure technologique mise en place, la démarche suivie et la méthodologie d’annotation des données. Nous sommes en phase initiale d’analyse des résultats pour les données françaises, mais nous pourrons illustrer certains phénomènes à l’aide de textos reçus. Nous terminerons notre exposé en présentant quelques défis auxquels nous sommes confrontés dans l’organisation, l’annotation et la poursuite des travaux.

Présentation : Video

 


 

Vendredi 21 janvier 2011

Aude Dufresne – Département de Communication, Université de Montréal

Analyse fine des interactions et systèmes adaptatifs

Avec l’émergenc e de toutes sortes de technologies et d’usages, nous cherchons à développer des systèmes mieux adaptés aux activités humaines.

Les recherches supposent d’une part le développement de méthodes d’analyse fine des interactions, qui s’intéressent au e-commerce en collaboration avec Bell Web Solutions et à l’utilisation de simulations complexes avec l’Agence Spatiale Canadienne. Au-delà de l’évaluation, nous cherchons à développer des systèmes adaptés et adaptatifs pour le soutien aux activités, qui vont de la conception d’interfaces tactiles à l’usage des non-voyants, aux interfaces fournissant une meilleure rétroaction et de l’aide aux apprenants à distance, à un système pour visualiser les réactions cognitives et émotives des usagers dans une application.

Nous présenterons quelques exemples de projets et en particulier ceux qui touchent l’utilisation du suivi-oculaire et physiologique dans l’analyse fine des interactions. Il y aura une démo.

Présentation : Video

 


 

Éric Méchoulan et Jean-Marc Larrue – Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI)

Archiver à l’époque du numérique

Les techniques numériques offrent de remarquables perspectives pour le traitement et l’accès des archives. Mais elles causent aussi des problèmes et remettent en question le concept même d’archive – qu’est-ce qu’une archive? -, son usage et le rapport de celle-ci avec la mémoire. La présentation d’Éric Méchoulan et Jean-Marc Larrue aborde le sujet à la fois sous un angle théorique et sous un angle pratique par l’audition de quelques archives sonores.

Présentation : Video

 


 

Dominic Forest – École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, Université de Montréal

Extraction et organisation automatiques d’informations : la fouille de textes au service des sciences humaines numériques

La popularité du domaine des sciences humaines numériques repose en grande partie sur les nombreuses initiatives de numérisation du patrimoine informationnel dans les sciences humaines. Cependant, malgré la croissance du nombre de documents disponibles en format numérique dans ce champ disciplinaire, trop peu de travaux ont cherché à développer des processus d’assistance à l’analyse et à la gestion automatisées des documents numérisés. Lors de cette présentation, nous exposerons comment certaines techniques de fouille de textes, fondées sur des concepts provenant de l’informatique cognitive et des sciences de l’information, peuvent être exploitées afin d’assister les tâches d’extraction et d’organisation d’informations présentes dans des corpus de documents théoriques dans des sciences humaines. Nous terminerons notre exposé en présentant quelques défis auxquels est confrontée l’application des processus de fouille de textes pour assister le travail des chercheurs en sciences humaines. Finalement, nous exposerons les principales orientations de recherche du Laboratoire de fouille de textes en sciences humaines numériques.

Présentation : Video

Ce contenu a été mis à jour le 10 octobre 2015 à 20 h 33 min.